Bébés (Peau des)

Peau des bébés

Chez le bébé aussi, la peau est l’organe le plus grand. Par comparaison avec le volume de son corps, la surface de la peau d’un bébé est par exemple deux fois plus grande que chez un adulte. Alors qu’elle comporte le même nombre de couches, la peau d'un bébé est environ cinq à dix fois plus mince que celle d’un adulte. Les fonctions métaboliques et de protection vitales, la perception des sens, la régularisation de la température, la respiration et l’excrétion sont en bas âge (avant un an) en partie encore fortement restreintes et après la naissance ne s’adaptent que lentement à la vie à l'extérieur du corps de la mère.

Les fonctions des glandes sudoripares et sébacées sont encore immatures, ce qui fait que le manteau de protection acide de la peau n’est pas encore complètement édifié. La quantité de glandes sébacées est déjà presque complète, mais elles sont cependant encore très petites. Les glandes sébacées n’atteignent seulement leur dimension et leur pleine fonction qu’à la puberté, sous l’influence des hormones.

Pendant un court laps de temps après la naissance, le « vernix caseosa » (substance cireuse d'origine sébacée, blanchâtre et grasse recouvrant la peau des nouveau-nés) protège contre le dessèchement et la perte de chaleur. En plus d’une teneur en lipides moindre, la peau des bébés présente une teneur élevée en eau. C’est pour cela qu’elle est particulièrement douce et ferme mais aussi particulièrement sensible en cas de froid intense (danger de mort par le froid) et face à des traumatismes mécaniques (formation d’ampoules). En raison de la teneur en lipides moindre (production de sébum faible), la peau des bébés est moins résistante face à des matières irritantes comme la salive et les excréments. Elle n'est également pas encore colonisée par la flore cutanée physiologique qui empêche la pénétration des bactéries et champignons pathogènes.

De plus, le système immunitaire associé à la peau, qui repousse les corps étrangers, n’est pas encore mature. En outre, la couche cornée n’est pas encore formée et les kératinocytes encore lâches. Par ce fait, la peau des bébés est particulièrement douce, mais également facilement vulnérable et d’autant plus perméable aux substances étrangères, aux germes et aux rayons UV.

La production de mélanine, protection naturelle contre les rayons UV, est également encore très précaire. Ainsi s’explique pourquoi il ne faut pas exposer les bébés à la lumière directe du soleil pendant leur première année. En raison des capacités de barrière restreintes, la peau des bébés est plus fortement sensible aux infections cutanées, au dessèchement, aux coups de soleil, et requiert des soins particuliers.

De plus, la régulation de la température est encore immature chez le bébé. Si sa température corporelle augmente trop, un adulte peut refroidir la surface de sa peau en régulant la production de sa sueur. Puisque les bébés ne sont en mesure de le faire que de façon très limitée, le danger d’hyperthermie existe. Par ailleurs, les bébés peuvent aussi prendre fortement froid par la peau. Les tissus gras sous-cutanés ne sont pas encore pleinement développés, ce qui fait que les bébés se refroidissent rapidement. La perte la plus importante de chaleur a lieu notamment par la tête – très volumineuse en proportion par rapport au reste du corps, et de plus encore peu couverte par des cheveux – et par la fontanelle qui n’est pas encore refermée. Il faut donc toujours faire bien attention à couvrir la tête des bébés. 

 

Soins dermocosmétiques : 

L'objectif des soins de la peau des bébés est de renforcer sa barrière cutanée et d’entretenir ses fonctions naturelles de protection. La haute sensibilité de la délicate peau de bébé exige une attitude prudente et soigneuse. Pour prendre soin de cette peau, il y a un principe de base : « Aussi peu que possible et autant que nécessaire ! ». Il faut surtout protéger contre le dessèchement, le froid et les substances irritantes, en particulier au niveau de la bouche et de la zone du change. C’est pourquoi il ne faut utiliser que des produits de soins doux et bien tolérés, convenant spécifiquement aux bébés. Ceux-ci doivent si possible être sans parfums, colorants ni conservateurs et être appliqués en couche pas trop épaisse. Des bains trop fréquents dans l'eau domestique dessèchent la peau. Il faut donc ajouter à cette eau des huiles de bain relipidiantes (par exemple à base d’huiles de bourrache ou d’amande douce). Avant une exposition au froid, il est recommandé d’appliquer des baumes protecteurs sans eau sur le visage et le cas échéant sur les mains.

Il faut garder si possible la zone du change sèche, éliminer les restes de selles avec une huile pour bébé et nourrir la peau et ses plis avec une crème protectrice. Conviennent tout particulièrement aussi dans ce cas les crèmes avec une teneur élevée en acide gamma-linolénique (avec de l’huile de bourrache par exemple), puisque la peau de bébé ne contient qu’en trop faible concentration ce composant important renforçant la barrière cutanée. La meilleure protection contre les inflammations cutanées dans la zone du change est de faire ce change le plus fréquemment possible, éventuellement aussi la nuit. En cas de rougeurs, une crème de soins légère à base d’extrait de réglisse peut être appliquée, l'extrait de réglisse étant connu pour ses propriétés calmantes. En cas de rougeurs continues, d’ampoules et de peau suintante, il s'agit en général de dermatite fessière, qui doit être traitée avec une crème pour le change médicale.

 

Recommandations de soins DADO SENS :

  • Peau sèche :

ExtroDerm Crème Intensive

  • Zones fortement irritées :   

ProBalance Akut Crème Apaisante Intense

  • Protection solaire :

SUN Crème Solaire Kids IP 30 / SUN Crème Solaire Kids IP 50